Accueil > Magazine Libertin > Marquise de Pompadour, Intendante des plaisirs de Louis XV

Marquise de Pompadour, Intendante des plaisirs de Louis XV

La marquise de Pompadour, née Jeanne Antoinette Poisson en décembre 1721, a un parcours bien atypique qui la mènera à devenir la « ministre des plaisirs du roi Louis XV ».

jeanne-antoinette-poisson-marquise-de-pompadour-canallibertin

Jeanne Antoinette Poisson, un morceau de roi en devenir

Fille de François Poisson, écuyer de Son Altesse royale Monseigneur le duc d’Orléans, et de Louise-Madeleine de La Motte, Jeanne Antoinette, a reçu une éducation des plus nobles.

Envoyée au couvent des Ursulines à Poissy en 1727 par son père dans l’obligation de s’exiler suite à une condamnation de trafics et de ventes frauduleuses, la jeune Poisson de santé fragile sera de retour chez sa mère en 1730, mère qui entretient une relation intime avec Charles François Paul Le Normant de Tournehem, qui la mariera en 1740 avec son neveu Charles-Guillaume Le Normant d’Étiolles, elle est alors agée de 20 ans, union qui donnera un fils mort dans sa première année et une fille Alexandrine qui verra le jour en 1744.

jeanne-antoinette-poisson-marquise-de-pompadour-intendante-des-plaisirs-du-roi-canallibertin

Jeanne Antoinette Poisson d’Etiolles chasseresse du roi Louis XV

Les frères Pâris, proche du père de Jeanne Antoinette, voient en elle un appât de choix pour attirer le roi et faire valoir leurs idées pour s’enrichir.

Entourés du cardinal de Tencin et du maréchal de Richelieu, avec l’aide du garde-chasse royal, un stratagème est mis en place pour que la jeune Jeanne Antoinette se fasse remarquer du roi sur le domaine d’Etiolles en la plaçant sur le passage du cortège lors de ses chasses, stratagème qui porte vite ses fruits.

louis-XV-marquise-de-pompadour-canallibertin

Un bal costumé comme rendez-vous coquin

Louis XV entretient une relation charnelle avec Jeanne Antoinette depuis plusieurs semaines et invite sa dulcinée au bal masqué dans la Galerie des glaces du château de Versailles, elle déguisée en Diane Chasseresse et lui en Ifs comme quelques-uns de ses proches courtisans, il voit par là un moyen de passer du temps avec sa maîtresse en toute discrétion.

Mais la discrétion à la cour n’existe pas et les questionnements autour de ce jeu dangereux fait traîner des bruits de couloirs sur l’infidélité du monarque envers la reine de France Marie Levinszca.

bal-des-ifs-pompadour-canallibertin

Naissance de la marquise de Pompadour et présentation officielle de la favorite

Impossible pour Jeanne Poisson d’être présentée à la cour de Versailles du fait de son rang incompatible avec les membres de la cour, Louis XV lui offre le titre de Marquise de Pompadour et le domaine associé, obtient sa séparation de son mari d’Etiolles et négocie sa présentation officielle à Versailles en septembre 1745 avec la princesse de sang Mme de Conti qui se voit essuyée ses dettes en échanges, le début de l’ascension Pompadour est déclenchée.

S’en suivront cinq années de passions, de sensualités, de jeux coquins entre la marquise de Pompadour et Louis XV qui ne voit que par sa belle favorite qui lui apporte tout ce qui lui manque dans sa vie de monarque.

jeanne-poisson-pompadour-présentation-officielle-canallibertin

photo tirée du film “Jeanne Poisson, Marquise de Pompadour”

La Pompadour intendante des plaisirs du Roi

Le temps qui passe, la santé fragile et le manque de libido de la Pompadour transforment la passion du début en relation platonique voir amicale, et provoque chez elle la crainte d’être supplantée par les nombreuses dames de la cour qui aimeraient prendre sa place dans la couche et le cœur du roi.

Toujours investigatrice des distractions du rois en lui faisant découvrir les arts, en lui organisant des fêtes et des représentations théâtrales, elle s’inquiète fortement sur l’avenir de ce rapprochement qui n’a plus rien de charnel qui peut donner l’envie à Louis XV de partager ses désirs sexuels avec d’autres dames de la cour qui pourraient lui faire de l’ombre et la renvoyée de Versailles.

Dans l’impossibilité de s’acquitter de cette tâche sexuelle, la Marquise de Pompadour met en place une organisation qui n’a encore jamais été créé jusqu’alors. Elle s’entoure du Duc de Richelieu et du premier valet de Chambre « Lebel » pour monter un réseau de prostitution de jeunes femmes seines issues de la bourgeoisie, qui seront présentées régulièrement au roi pour satisfaire ses besoins sexuels et logées dans la maison du Parc-aux-cerfs, située non loin du château de Versailles.

louis-xv-pompadour-coquin-canallibertin

photo tirée du film “Louis XV, le Soleil Noir”

Un moyen contrôlé et efficace qui lui permet de garder son statut de favorite en titre sans pour autant léser les plaisirs du roi.

Louis XV ne mit jamais les pieds dans la demeure du Parc-aux-cerfs, les femmes y logeaient et étaient ensuite amenées au palais par monsieur Lebel vers une chambre appelée le « trébuchet » où le roi coquinait de son plein gré.

Encore faut-il que « les petites Maîtresses », comme on surnommait ces filles, ne cherche pas plus que les opportunités qui leurs étaient promises en échange de ce service royal .

Certaines ont tentés de se faire une place de choix dans la vie du monarque mais la colère de la marquise s’en faille ne leur prévoyaient rien de bien glorifiant et le couvent comme punition. La Pompadour veillait à ce qu’aucune de ces concubines ne deviennent sa rivale en prenant de l’ascendant sur le roi.

La jeune et novice Jeanne Poisson a bien évolué en devenant en moins de 7 ans, l’amante et favorite du roi Louis XV, son amie indispensable et son intendante des plaisirs.

marie-louise-o-murphy-madame-de pompadour-canallibertin

Petites maîtresses “Marie Louise O’Murphy”


A vos votes :

Marquise de Pompadour, Intendante des plaisirs de Louis XV
4.67 - 21 votes

Réagissez à cet article :




charte-du-libertin-canallibertin

Exclusif : Vidéo du Salon de l'érotisme de Bruxelles ! (hot)

Ajoutez votre email ci dessous pour voir la vidéo (gratuit)

Inscription réussie !