La musique battait son plein et le club était embué par la pression de plus de 700 corps ondulants. Même si je ne portais qu’un débardeur cropped et une mini-jupe à fermeture éclair sur le devant assortis à des bottes à pointues, j’étais couverte d’une couche de sueur. Le fait que la tenue soit entièrement en latex rouge n’a pas aidé, c’est fabuleux au toucher mais ça ne respire pas bien… surtout dans un club bondé. Mes cheveux étaient gominés d’eau à cause des bouteilles qui étaient pulvérisées dans la foule pour se rafraîchir et ils étaient attachés derrière mes oreilles pour éviter qu’ils ne fouettent les yeux des autres danseurs sur la piste bondée.

Mes deux meilleures amies, Emilie et Stéphanie, et moi étions de sortie pour ce qui pourrait être notre dernière soirée ensemble. Danser, fêter la promotion d’Emilie et sa grosse augmentation de salaire, mais avec les avantages, Emilie serait transférée à plus de 500 km de là, et nous lui avions promis que ce serait une nuit qu’elle n’oublierait jamais.

Chacune d’entre nous, seule, ne manquerait jamais de faire tourner quelques têtes, alors qu’ensemble, nous pourrions provoquer des épaves de voitures. Emilie était petite et bien sculptée. Elle ressemble exactement à la danseuse de ballet qu’elle est dans une blouse camisole noire semi-transparente. Il était facile de voir sa poitrine guillerette et ses petits tétons roses qui ne demandaient qu’à être sucés. Stéphanie était l’amazone aux cheveux rouge flamboyant et aux ongles assortis. Ses talons en cuir hauts comme des cuisses et son attitude ne laissaient aucun doute sur le fait qu’elle était en charge et se sentait puissante. Nous avons changé de partenaire de danse toute la nuit, ne laissant pas un homme avoir trop d’attention ou évitant un partenaire masculin tous ensemble pour nous caresser, nous caresser et nous embrasser toutes les trois sur la piste de danse. Nous respirions tous lourdement et je savais qu’il serait bientôt temps de retourner à mon appartement. J’avais passé une bonne partie de l’après-midi à le préparer pour la soirée et je l’ai passé en revue mentalement, pièce par pièce, pour m’assurer que je n’avais oublié aucun élément essentiel.

Les laissant terminer une danse, je me suis détachée pour aller chercher une boisson bien nécessaire au bar lorsque mon nom a été appelé par une voix masculine familière. En me retournant avec une boisson fraîche à la main, je suis prise au dépourvu lorsqu’un homme grand et fort me soulève et m’embrasse profondément et complètement. Lorsqu’il me repose, je le taquine en riant “Où étais-tu ? J’avais peur que nous devions commencer sans toi !”. Il a répondu en se penchant et en m’enveloppant pour un autre baiser, je pouvais sentir le contour de sa queue déjà durcie à travers son pantalon club et sa poitrine musclée et ses tétons dressés à travers son t-shirt fin. Michel et moi sortions ensemble depuis un an et on avait parlé sérieusement de mariage, mais je devais d’abord savoir s’il était vraiment l’homme aimant et généreux que je pensais qu’il était.

Léchant une perle de sueur sur mon cou, il a grogné d’un air moqueur : “Je t’ai observée avec tes amies et je vais peut-être devoir te punir pour t’être autant amusée sans moi. Je pense cependant que, puisque c’est la nuit d’Em, je vais te faire attendre pendant que je la baise en premier” C’est exactement le genre de générosité dont je veux qu’il fasse preuve ce soir et je sens une bouffée d’humidité en pensant à sa bite dure dans les chattes humides de mes amies. Il fait glisser sa main sur l’intérieur de ma cuisse et écarte facilement le tissu fin que je porte en guise de culotte et enfonce deux doigts profondément en moi. Sentant que je commence déjà à frémir, il attrape mes cheveux assez fort pour me tirer le dos contre le bar pendant qu’il me baise avec les doigts et mord mon cou et ma poitrine. Lorsque j’arque ma poitrine dans sa bouche et gémis, il en profite pour m’embrasser et se diriger vers la piste de danse pour s’occuper de mes amies. En terminant ma boisson en deux gorgées, je me tourne et je le suis, l’attente me faisant défaillir.

20 minutes plus tard, nous convenons tous que nous sommes prêtes à partir et rassemblons nos manteaux pendant que Michel, toujours gentleman, appelle la limousine qu’il a louée pour nous ramener chez nous. Une fois à l’intérieur de la limousine, les quelques inhibitions auxquelles nous nous accrochions encore sont perdues et les vêtements se détachent ou sont écartés dans une fureur de mouvement et d’énergie. Stéphanie, Emilie et moi sommes assises, nous nous caressons les seins les unes les autres et sommes enfermées dans un baiser à trois. Michel fait glisser la jupe courte d’Emilie sur ses fesses toniques et enfouit son visage dans sa chatte humide et dégoulinante, en s’agrippant fortement à ses hanches. Emilie, déjà chaude après des heures de préliminaires dans le club, commence à le chevaucher, se déhanchant et tirant sur ses cheveux et ses épaules. Je vois à son visage qu’elle va bientôt avoir le premier orgasme de la soirée et comme une seule personne, Stéphanie et moi suçons plus fort et plus vite ses petits tétons durs, l’incitant à continuer. Quand Emilie crie et jouit dans un magnifique jet sur le visage de Michel, Stéphanie se rapproche de lui pour le sucer tandis que je me rapproche pour embrasser Emilie profondément et glisser mes propres doigts dans sa chatte chaude et humide, lui arrachant quelques derniers frissons alors que je l’ouvre pour glisser mes doigts aussi profondément que possible.

En riant de notre incapacité à nous retenir jusqu’à la maison, nous enroulons nos manteaux autour de nos corps presque nus et faisons une course folle vers la porte d’entrée, nous laissant entrer pendant que Michel attrape la bouteille de champagne non ouverte et donne un pourboire au chauffeur. Sachant que nous aurions besoin de carburant pour la soirée, j’avais préparé à l’avance des plateaux froids de viandes gastronomiques, de fromages, de crackers et de fruits que je sers pendant que Michel et Stéphanie s’occupent de verser le champagne. Ce qu’il y a de mieux dans le sexe entre amis, c’est la possibilité de rire et il n’a pas fallu longtemps pour que Stéphanie soit couverte de crème fouettée et que je lèche et mange les fraises de son nombril pendant qu’Emilie versait du champagne sur le monticule rasé de Stéphanie et sur les lèvres de sa douce chatte pour que Michel puisse le lapider lentement et taquinement jusqu’à ce que ce soit elle, la dominante, qui le supplie de la faire jouir. Faisant preuve de pitié, il a fini par avoir pitié d’elle et a sucé son clito jusqu’à ce qu’elle convulse d’extase. Les vêtements avaient été enlevés lentement cette fois et tous les regards étaient attirés par la magnifique queue de Michel, attachée à la base dans l’anneau pénien que je lui avais acheté spécialement pour cette occasion. L’anneau ne pouvait pas contenir une seule goutte de précum qui glissait le long de la pointe de son membre dur comme du roc. Mes meilleures amies ont montré leur respect et leur reconnaissance à l’homme que j’aime en s’agenouillant sous lui, suçant à tour de rôle ses boules lisses et léchant sa belle bite liée.

Je suis sortie pour faire l’inventaire des jouets que je venais d’acheter chez Red Hot Parties et que j’avais placés une dernière fois sur la table de nuit à côté de mon lit Kalifornia King size, et j’ai vérifié la serrure du patio par précaution, en riant pendant que je le faisais. En me déplaçant dans les pièces du fond, j’ai pu les apercevoir à genoux devant lui, lui saisissant de temps en temps une tête pour se glisser plus profondément dans une bouche consentante. Leurs gémissements et leurs gloutons se propageaient sur le carrelage, au-dessus du son du CD que j’avais mis comme musique d’ambiance. Je savais qu’avec l’anneau pénien, il ne viendrait pas trop tôt et ils ont eu le temps de s’amuser avant la dernière surprise de la soirée d’Emilie.

Il m’a fallu un peu de persuasion pour ramener la fête dans la chambre car nous étions tous prêts pour une vraie action de bite. Nous avons allongé Emilie sur le lit et nous nous sommes déplacés sur elle en la léchant, la suçant, la mordant et la caressant. Michel, en se déplaçant très lentement, l’a pénétrée pendant que Stéphanie et moi lui donnions un dernier baiser avant de tourner nos regards les uns vers les autres et vers l’assortiment de godemichés et de sangles qui nous attendaient.

Allongée, prête à profiter d’un peu d’attention pour ma propre chatte jusqu’ici négligée, j’ai regardé Stéphanie choisir son arme avec soin. Prenant son temps, elle a pris chaque gode et l’a examiné, léchant l’extrémité avant de glisser juste le bout en moi. L’attente est angoissante, chaque fois que je sens une tête en caoutchouc passer entre mes lèvres, j’ai envie de me cambrer pour en prendre plus… mais je sais que si je le fais, elle le retirera complètement et je serai obligé de la lécher et de la sucer jusqu’à ce que ses sentiments soient apaisés et qu’elle soit prête, une fois de plus, à me laisser jouir à mon tour. Choisissant le plus gros du lot, elle se penche et murmure : “Je vais te faire crier” avant de l’enfoncer vite et fort dans mon trou lisse. En arquant le dos pour tout prendre, ma main trouve le cul de Michel qui pompe sa bite lentement et profondément dans la chatte serrée d’Emilie et, à ma grande surprise, l’autre main de Stéphanie tient un petit gode qu’elle fait glisser plus profondément dans le trou du cul serré de Michel. Stéphanie nous baise tous les deux, cette idée me fait bondir et mes ongles ratissent la joue du cul de Michel tandis que je chevauche vague après vague de plaisir. Sentant les murs d’Emilie se contracter sous l’effet de l’orgasme, Michel la soulève et s’enfonce en elle plus rapidement et plus profondément jusqu’à ce qu’Emilie et moi criions et jouissions ensemble. Ne perdant pas son élan, il roule et la tire sur lui, bloquant sa vue alors que la porte du patio s’ouvre silencieusement.

Richard est le meilleur ami de Michel, qui avait déménagé peu après l’université, aucun de mes meilleurs amis ne connaît son visage. Comme prévu, il attend sur le patio privé, observant à travers les rideaux soigneusement positionnés jusqu’à ce que ce soit son tour de donner à Emilie ce qu’elle a toujours voulu. Emilie jouit tellement fort à ce moment-là qu’elle ne remarque même pas que son poids déplace le lit alors qu’il grimpe derrière elle. J’attrape la main de Stéphanie et la traîne hors du lit, la poussant face première contre le canapé, lui ordonnant de rester pendant que j’arrache le gode que j’ai déjà choisi sur la table de nuit et que je me l’attache. Michel lève la main et tire Emilie vers le bas pour un baiser profond juste au moment où les mains de Richard arrivent derrière elle pour caresser ses seins. Le regard de surprise et de choc sur son visage est impayable. Michel se penche et murmure : “C’est ta soirée Emilie et nous te donnons ce que tu as toujours voulu mais que tu avais trop peur de faire toute seule. C’est presque exactement le fantasme que tu as partagé avec Stéphanie et Dawn dans le sauna du club. Ne regarde pas son visage et profite de la situation” Alors que Michel passe la main sous elle pour finalement dégager son anneau pénien, Richard fait glisser son doigt bien huilé dans sa porte arrière vierge, la préparant à son membre palpitant. En terminant le dernier bouton-pression de ma propre sangle, je m’agenouille derrière Stéphanie et me prépare à pousser en même temps que Richard. Enroulant mes doigts dans les cheveux de Stéphanie, je lui fais tourner la tête pour regarder les rêves de son amie se réaliser sur le lit. Comme un seul homme~ Michel, Richard et moi poussons dans les trous de nos femmes, les entendant crier de plaisir à l’unisson.

Me sentant un peu rancunier pour l’impitoyable taquinerie de Stéphanie, je n’ai aucune pitié pour elle ; je baise sa chatte plus fort et plus profondément, je tire sa tête en arrière par les cheveux, je lui donne des fessées roses, je me presse sur le gode habilement caché dans la doublure de ma sangle, je me baise moi-même pendant que je baise ma meilleure amie. Emilie est coincée entre deux hommes énormes, leurs bites enfouies jusqu’au bout, la remplissant comme elle n’a jamais été remplie auparavant. Sa respiration est lourde et superficielle, sa tête se balance d’un côté à l’autre dans un abandon total, incapable et ne voulant pas arrêter les orgasmes qui déchirent son corps encore et encore. Nous baisons de plus en plus vite jusqu’à ce que, comme nous avons commencé à le faire ensemble, nous jouissions ensemble, mon propre sperme se mélangeant à celui de Stéphanie et coulant le long de mes cuisses, rendant ma prise sur ses fesses précaire jusqu’à ce que je glisse. Comme un dernier geste de défi, je positionne la tête de mon propre gode à l’ouverture de son cul et je le fais lentement glisser à l’intérieur, la faisant grogner de plaisir et de douleur. En riant, je dis : “Tu aimes ce qu’Emilie a eu ? Taquine-moi encore comme ça et la prochaine fois, ce sera ton tour” Sachant très bien que c’est exactement ce qu’elle veut.

Richard fait glisser son membre usé hors d’Emilie, la laissant allongée sur la poitrine de mon homme et se dirige vers la salle de bain pour prendre une douche et trouver les vêtements de rechange que j’avais cachés pour lui plus tôt. Stéphanie et moi nous installons sur le lit où nous pouvons sucer le sperme de l’homme d’Emilie et câliner un peu Michel avant que ce soit notre tour de nous doucher. En entendant le déclic de la porte d’entrée, nous nous dirigeons paresseusement vers l’alcôve de la douche à l’italienne pleine de vapeur et mettons les deux pommeaux de douche à température élevée. En savonnant la forte poitrine de Michel, je me souviens de la promesse qu’il m’a faite plus tôt : “Je te ferai attendre pendant que je la baise d’abord”. Cela signifie-t-il que je sentirai sa bite en moi avant la fin de la nuit ? Avec un regard interrogateur dans les yeux, je fais glisser mes mains le long de son abdomen, souriant lorsque j’encercle sa virilité à nouveau en érection. En se penchant, il murmure “Je t’aime et je tiens toujours mes promesses”.

Je me demande si Richard et Emilie reviendront en avion pour le mariage ?

J’ai un faible pour le latex… Je ne peux pas m’empêcher de toucher les personnes qui en portent et je deviens extrêmement excitée en passant mes doigts sur un morceau de caoutchouc lisse. Mon corps est bien tonifié grâce aux heures passées à la salle de gym chaque semaine et j’ai la chance d’avoir une poitrine bien remplie qui remplit bien le haut, débordant sur la pièce de tissu moulant et décolleté.

Préférence de la coquine : fist vaginal et mec TTBM
Endroit de préférence pour le sexe : sous le bureau du patron
Avant de passer au chose sérieuse, j’adore prendre un verre pour rompre la glace. Cela peut se faire par webcam aussi, le tout c’est qu’on apprenne à se connaitre avant d’entamer les câlins.